• Tribunes d'expressions politique

    Tribunes d'expressions politique

    L'espace de publication d'information des élus

Tribunes d'expressions politique

Les propos contenus dans les articles d’expression des groupes d’élus n’engagent pas la responsabilité du directeur de publication.

 

Le groupe municipal de la majorité

INVESTISSONS POUR NOTRE AVENIR !


Notre ville est riche de son histoire et du patrimoine qu’elle nous a légué, de son positionnement géographique, de sa qualité d’accueil, de la performance de sa main-d’oeuvre, de la richesse de sa vie culturelle, sportive et associative. Mais ces richesses cumulées ne pourront suffire à lui éviter le déclin si elles ne
sont pas accompagnées, renforcées et décuplées par la mise en place d’une politique volontariste, qui fera pencher Chalon du bon côté de la balance sur laquelle elle est aujourd’hui en équilibre précaire, et assurera son avenir.

C’est pourquoi il était devenu impératif de dégager des marges d’économies et réduire les dépenses de fonctionnement de la collectivité. Lorsque nous avons pris nos fonctions, le budget municipal était en péril. Tous les indicateurs étaient au rouge. Il nous a fallu agir rapidement, d’autant plus que l’Etat nous a imposé, dès l’année 2015, une réduction de dotations d’1,5 million d’euros, à quoi se cumulent une nouvelle baisse de 1,4 million d’euros cette année et une autre de 1,5 million d’euros l’année prochaine.

Nous travaillons depuis désormais deux années à réaliser d’importantes économies dans tous les domaines pour restaurer l’équilibre de nos comptes. Nous faisons la chasse au gaspillage partout où elle peut se faire, nous poursuivons nos objectifs de mutualisation avec le Grand Chalon. C’est grâce à ces efforts
que nous pourrons investir pour l’avenir. Le détail du budget 2016 sera présenté au cours du mois d’avril et, pour la première fois depuis 1984, il officialisera une baisse des impôts sur les ménages chalonnais (taxe d'habitation).
Une ville qui n’investirait serait en proie au déclin. Nous avons pris nos responsabilités pour permettre de mener à bien le plan d’action annoncé par le Maire à l’occasion des voeux et préparer l’avenir de Chalon.

Chalon autrement

PERRÉS DE SAÔNE : LE GÂCHIS

Comme les Chalonnais, nous avons appris dans le journal de Saône-et-Loire du 2 février que le contentieux qui oppose la ville de Chalon à VNF était examiné le jour même en Conseil d’Etat. Le soir même, lors du conseil municipal, le maire n’a pas jugé bon d’informer les conseillers et le public présent de l’évolution de ce contentieux qui peut pourtant emporter des conséquences financières très lourdes pour notre ville.
Le lendemain, nous apprenions avec sidération que la ville de Chalon avait renoncé à se défendre dans ce procès
parce que selon la Mairie, « c’était un contentieux perdu d’avance » et que les frais d’avocat étaient élevés.
Perdu d’avance ? Pourtant la justice avait donné raison à la ville de Chalon une première fois en cour administrative d’appel. Frais d’avocat élevés ? Argument dérisoire en regard du montant de dépenses que la ville pourrait être amenée à payer par la décision du tribunal, argument grotesque quand la ville n’hésite pas à engager des frais de justice contre des intermittents du spectacle ou pour défendre des arrêtés jugés
à plusieurs reprises illégaux.

Rassemblement Chalon bleu marine : Dottoni Florian - Launay Ghislaine

CUMUL DE MANDATS

Le territoire de Chalon-sur-Saône se trouve donc pourvu, par suite des élections régionales d'un nombre non négligeable de conseillers régionaux. Nul doute que ces personnalités politiques aguerries prendront garde de distinguer l'exercice de leurs différents mandats en toute honnêteté et conformément à l'esprit de la loi.

En effet elles se souviendront, lorsqu'elles siègeront au Conseil Régional qu'elles sont là pour assurer le bien Commun de la Région qui ne recouvre pas forcément celui de la commune dont elles sont également élues. C'est là un exercice certes un peu périlleux mais nécessaire pour qu'elles ne se voient pas soupçonnées d'incompétence voire de parti-pris. Remarquons que le même conflit se pose à leur "conscience citoyenne" lorsqu'elle doivent décider du devenir de la communauté d'agglomération éventuellement néfaste pour leur commune d'origine. Nous n'évoquerons bien sûr que pour mémoire l'hypothèse de visées électoralistes inavouables... Au cas où nos élus multi-mandats prendraient des positions partisanes ou démagogiques , ce qu'à Dieu ne plaise, nous pourrions
nous souvenir de l'analyse de l'historien Christophe Buffin pour qui l'objectif des élus du système démocratique est le pouvoir et non le bien commun: quelle déception alors serait la nôtre !