• Tribunes d'expressions politique

    Tribunes d'expressions politique

    L'espace de publication d'information des élus

Tribunes d'expressions politique

Les propos contenus dans les articles d’expression des groupes d’élus n’engagent pas la responsabilité du directeur de publication.

 

Le groupe municipal de la majorité

De l’utilité des caméras de vidéoprotection

Dans la nuit du dimanche 16 au lundi 17 avril, des symboles anarchistes et inscriptions en tous genres ont été tagués sur plusieurs mairies et bâtiments publics de l’agglomération et de Chalon-sur-Saône.

Ces actes d’une bêtise peu commune ont nécessité à Chalon l’intervention de notre brigade anti-tags afin de laver les murs de notre Hôtel de Ville, ce bien que nous avons tous en commun, mais également ceux du Palais de Justice et du lycée Emiland Gauthey.

Grâce aux caméras de vidéoprotection que la majorité municipale a souhaité déployer dans les quartiers de Chalon et dans le centre-ville, les trois tagueurs ont été rapidement identifiés et interpellés quelques jours seulement après les faits.

Ils ont, dans la foulée, été présentés devant le tribunal de grande instance selon la procédure de comparution immédiate et condamnés chacun à 210 heures de travaux d'intérêt général et, en commun, à 800 euros en réparation du dommage pourla Ville, qui s’était portée partie civile. L’exécution de cette peine leur permettra non seulement de réfléchir aux actes commis, tout en se montrant utiles à la société.

Malgré l’opposition du groupe Chalon Autrement à la mise en place de ces caméras de vidéoprotection, force est de constater qu’au-delà des idéologies, c’est le pragmatisme et l’efficacité qui doivent l’emporter afin de garantir la sécurité et la tranquilité de tous.

Plus que jamais, dans le contexte qui est le nôtre, nous restons pleinement mobilisés pour assurer la sécurité de tous les Chalonnais. Une mission essentielle puisque sans sécurité, nous ne pouvons jouir d’aucune de nos libertés. 

Chalon autrement

Entre les paroles et les actes de la majorité, quelle cohérence ?

Au dernier conseil, des rapports ont été édifiants sur l’actuelle gestion de la Ville!

Le Maire a défendu une Charte d’engagement entre la Ville et les associations conditionnant le versement des subventions financières et matérielles au respect de la laïcité, de la mixité et de l’égalité. Il a expliqué que les pratiques religieuses en général, celles de l’islam radical en particulier, ne pouvaient être présentes dans des équipements publics. Or le même soir, une salle municipale était louée à une association religieuse d’une autre obédience. Laïcité et égalité vous avez dit ?

La rénovation urbaine des Prés Saint Jean n’a pas été jugée utile. A l’amélioration du cadre de vie est préférée l’installation de caméras de surveillance. On songe alors aux 56 556 euros de jardinières décidés par le Maire pour l’embellissement d’un pont. Les habitants du quartier apprécieront !

Les projets annoncés en 2016 n’ont été réalisés que pour moitié. Sur 14 millions d'euros d’investissement prévus, moins de 8 millions l'ont été réellement. Entre dire et faire…

Et au programme 2017: augmentation de 2 millions de la dette, allongement du désendettement à 16,6 ans et encore des annonces d’investissement à hauteur de 15 millions. Tenable ?

Cette gestion, nous la jugeons donc incohérente et inquiétante pour l’avenir de notre collectivité! 

Rassemblement Chalon bleu marine : Launay Ghislaine

Dimanches chômés: suite (prévisible) du feuilleton...

Au conseil communautaire du Grand Chalon, les élus déplorent l'attractivité de Dijon, capitale régionale, au détriment des villes moyennes.

Or, il est frappant de voir que les solutions proposées pour contrer cette évolution, dépossèdent les maires de leurs prérogatives et enlèvent aux élus de terrain leurs capacités d'action sur le cadre de vie à échelle humaine que constituent les communes.

De son côté, Chalon, à quila Comcomréduit peu à peu les possibilités d'action, peine à trouver les moyens de garder vivant son centre-ville et continue à utiliser les mêmes remèdes inefficaces. C'est ainsi, par exemple, que les chalands trouveront à dépenser l'argent qui leur reste après impôts et taxes un 23éme dimanche dans l'année. L'initiative aurait été salutaire s'il s'était agi des commerces de bicyclettes en tous genres, comme soutien de la transition énergétique dans les rues de notre cité sur le modèle des villes d'Europe du Nord; mais non, comme d'habitude, c'est le commerce automobile des grosses concessions qui bénéficiera de cette facilité puisqu'un dimanche supplémentaire lui a été ainsi octroyé.

On peut rêver: À quand un vote municipal permettant l'ouverture des commerces en centre-ville le dimanche et l'interdisant en périphérie?